La peinture de l’ensemble

0
23

Outre les capots du moteur qui seront de couleur “rouge” encore mal définie, les deux couleurs majeures choisies sont le bleu (RAL 5002) et le “beige” (RAL 9002) ; cette dernière pour les ailes et la profondeur sera réalisée dans le local du CVVT habituellement destiné à la maintenance hivernale des planeurs.

Dans les hangar des Ailes Anciennes, on commence modestement par l’édification d’une cabine de peinture improvisée pour toutes les petites pièces…

Le maître prépare le mélange correct de peinture, de durcisseur et de diluant.

Une fois les attaches et autres peintes, c’est au tour des mâts de recevoir leur peinture déposée au pistolet entre les hangars du CVVT et des AAT.

Puis vient le train d’atterrissage sous le regard attentif de Pierre…

Seconde couche…

Pour le séchage, tout est suspendu de-ci de-là au fond à droite du hangar.

Evidemment, toutes les parties à peindre ont reçu préalablement une couche d’apprêt, grise en l’occurrence. C’est que l’on voit ici sur le “trou d’homme”. Jean-François est occupé à peindre en bleu la partie non visible sur la photo, protégée par un chapiteau (tivoli) des risques de pluie ce jour-là.

Et voilà la seconde couche en cours, sans attendre que la première soit sèche.

La dérive – déjà apprêtée – est suspendue entre deux échelles pour subir le même sort. Sauf que l’on peint sur de la toile et qu’il convient donc d’ajouter de l’assouplissant au mélange classique (peinture, durcisseur, diluant).

Résultat de la première couche ; la seconde ne va pas tarder…

Le gros morceau : le fuselage ! Sur cette photo, il n’a pas encore reçu sa couche d’apprêt ; c’est le moment ou jamais d’apprécier sa blancheur et ses transparences avant qu’il ne devienne uniformément gris et opaque.

Un fois que la couche d’apprêt est sèche, on s’y met à deux – avec deux compresseurs – pour entamer la peinture proprement dite.

De même pour le côté gauche sur lequel oeuvrent les deux gauchers de l’association…

Il reste encore du travail mais, visiblement, on applique et on s’applique…

Comme précisé dans le paragraphe “Peinture”, les ailes ont été peintes dans un local du Centre de Vol à Voile. Ici, une est en transit entre le hangar du CVVT (rouillé…) et le hangar des Ailes Anciennes (flambant neuf…) ; comme quoi la désignation d’une association peut se révéler trompeuse.

Arrivée à bon port, il faut masquer la partie peinte de l’intrados et de l’extrados afin de ne laisser visible que le bord d’attaque destiné à changer de couleur.

On sort la table soutenant l’aile et c’est un Jean-François qui s’y colle…

Même punition pour le bord d’attaque de la profondeur. Comme il y a du vent, Robert et Maurice sont mis à contribution et respirent stoïquement des particules chimiquement non recommandables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.