En partie dans le hangar des Ailes Anciennes, en partie au domicile de Jean-François, les travaux reprennent : d'abord l'assemblage des ailes puis la confection des ailerons... La grande table qui a servi pour fabriquer les ailes (ici...
Si on veut être prêts pour la journée Portes Ouvertes de dimanche prochain, 9 juillet, il est temps aussi de rapatrier le fuselage du Fairchild du hangar de Jean-François au hangar des Ailes Anciennes grâce à une remorque prêtée par nos voisins du Centre de Vol à...
Pas de doute ! L'aile est bien l'âme de l'avion si tant est que ce concept religieux a un sens… D'ailleurs, l'immatriculation en F-P n'est généralement accordée que si une aile est reconstruite. Pour le Faichild dont la reconstruction est le fil rouge de...

Turtledeck

Ici, c’est une structure en bois qui vient se positionner derrière la tôle du trou d’homme et qui s’arrête un peu avant la dérive. Elle est constituée de lattes – maintenues par cinq couples – sur lesquelles l’entoilage viendra ensuite s’appuyer.
Un pare-brise d’un “avion ancien” (sans autre précision dans l’annonce eBay) avait bien été acheté aux USA mais il s’est révélé trop grand. Une fois  encore, la dextérité de Jean-François a été mise à contribution pour réaliser, à partir de plats et de restes de tôle d’aluminium,...

Réservoir

Dans le texte de l’annonce relative à ce projet de reconstruction, il était bien précisé que le réservoir de carburant fourni était inutilisable et ne pouvait servir que de modèle ; ce qui a conduit à la fabrication suivante.
Avec le retour de Jean-François au pays, les travaux ont repris dans son hangar : découpes des tôles pour le tableau de bord, mise en forme du réservoir d’essence avant soudures, mise en place des longerons et des nervures ; juste pour voir et se donner l’impression – agréable – que...
En ce début d’année 2016, en dépit d’une météo relativement clémente, il n’est pas envisageable de procéder à de l’entoilage, par exemple. Par contre, la cellule, la profondeur, la direction, les jambes de train et leurs amortisseurs ont été nettoyés, poncés, inspectés minutieusement et peints.
Le grand jour, c’était le lundi 11 janvier 2016 au domicile de Jean-François !
L’opinion, bien étayée, de Jean-François quant aux avions anciens, est qu’il est préférable d’acheter un avion à reconstruire entièrement plutôt que de payer, parfois très cher, un aéronef apparemment en état de voler mais dans lequel on n’aura jamais vraiment confiance quant à la fiabilité, non seulement du moteur...